retour

La Légende de Sainte Ursule

  • La Légende de Sainte Ursule
  • La Légende de Sainte Ursule
  • La Légende de Sainte Ursule
  • La Légende de Sainte Ursule
  • La Légende de Sainte Ursule
  • La Légende de Sainte Ursule
  • La Légende de Sainte Ursule
  • La Légende de Sainte Ursule
  • La Légende de Sainte Ursule
  • La Légende de Sainte Ursule
  • La Légende de Sainte Ursule

Il fallait bien que quelqu'un montrât le physique de la sainteté et que les mots de la légende prissent corps et le dessus sur le blabla de l'euphémisme, le baragouin et le charabia d'un récit invraisemblable.

Il fallait démontrer qu'un chat s'appelle un chat en cassant définitivement les quatre pattes des canards et les pieds des lettres prises à leur propre piège.

Le tour a déjà été joué par Vittore Carpaccio (1460-1526), par ses tours de main de joueur vénitien, ainsi que par Francisco de Zurbaran (1598-1664) qui fit des atours du martyre d'Ursule un défilé de haute couture jaune, à la mode, à la mode de la peinture pure.

On se référera à La Légende Dorée de Jacques de Voragine et aux différentes versions de la légende de Sainte Ursule. Le Cycle de Carpaccio se trouve à la Gallerie dell'accademia à Venise.

La Sainte Ursule de Zurbaran est au Musée des Beaux Arts de Strasbourg.

Jacques Lacolley